Image%282%29
Biodiversité urbaine
Publié le 28 novembre 2016

Retour d'expérience sur la Soirée Agriculture Urbaine #SoiréeAU

Lundi 21 novembre 2016 #SoiréeAU

Soirée agriculture urbaine et végétalisation

 

Cette soirée organisée par Agro Développement Durable et la communauté ecowork s’est déroulée lundi 21 novembre à la Maison des Acteurs du Paris Durable.  L’événement, en trois temps, a d’abord pris la forme d’ateliers, ensuite un temps de pitchs a permis de rassembler tous les acteurs présents pour enfin arriver au temps de la rencontre.

Les 2 ateliers se sont déroulés simultanément selon la méthodologie ecowork. Environ 20 personnes par atelier, en lien avec la végétalisation et l’agriculture urbaines, avaient pour objectif de relever un défi précis. Les acteurs de l’atelier Urbafood ont brainstormé sur la mise en place d’un protocole scientifique et technique pour mesurer la qualité du sol dans les jardins des particuliers. L’atelier «Paris Saclay» avait, lui, pour but d’imaginer des solutions d’aménagements modulables et réversibles centrées sur les besoins des usagers à venir (nouveau quartier en cours de construction) et sur le végétal.

Yann Mauchamp, porteur du projet UrbaFood, trouve le concept d’atelier de résolution de défi génial : « Les participants ont travaillé sur des schémas fonctionnels qui vont permettre de déployer et d’expérimenter auprès des différentes parties prenantes. » Mais alors que vont devenir toutes ces idées ?  Yann nous dit  «ça va sédimenter pendant l’hiver,  puis devenir de l’humus qui nourrira les belles plantes à éclore au printemps prochain ! » Forcément un brainstorming même parfaitement organisé demande un temps de repos pour que chaque idée soit évaluée à sa juste de valeur et passe au stade de solution concrète. Yann l’affirme : « Aujourd’hui c’est un peu trop tôt pour le dire, mais on en saura plus dans six mois »

 

Miléna de Mengin et Julie Gaborit ont animé l’atelier sur Paris Saclay autour du défi  « Comment éco-concevoir les aménagements des espaces publics pour un nouveau quartier de l’agglomération Paris-Saclay? ». Le bilan est satisfaisant pour Miléna : « les participants étaient hyper dynamiques, très aux aguets par rapport aux consignes données. Le travail en groupe a donné de bonnes choses et j’avais super hâte de voir les solutions qui allaient être produites ». Miléna est Community Developper d’ecowork. Elle nous explique que c’est une « communauté d’acteurs intéressés par l’éco-conception du bâti. Le but est de rassembler différents acteurs de la construction durable ou de l’aménagement : ingénieurs, architectes, urbanistes, paysagistes, tout type de personnes, acteurs publics, acteurs privés et de les faire résoudre ensemble des défis d’éco-conception ». Un second but est également de faire connaître les outils d’aide à la décision qui existent (notamment ceux produits par la Chaire éco-conception) pour aider ces acteurs à faire les bons choix en terme d’impact environnemental. Comment procèdent-ils ?  « Concrètement une personne propose son défi et ensuite on va réunir dix, quinze personnes pour résoudre ce défi de manière interactive comme on l’a fait avec la communauté d’agglomération de Paris-Saclay aujourd’hui. »

 

Trois acteurs de Paris Saclay étaient présents pendant les échanges et ils ont particulièrement apprécié la qualité des propositions. Mais alors quand faut-il faire appel à ce genre de démarche ?  « Le mieux, c’est de lancer un défi en amont de la conception du projet nous dit Miléna, mais cela peut aussi se faire pendant ou même après. Dans ce dernier cas, après on ne travaillera pas sur la conception proprement dite mais plus sur des questions d’appropriation, de facilitation des usages, etc. »

Cette soirée, c’était aussi une tribune pour les porteurs de projets. 10 se sont portés volontaires pour cet exercice et ont pu pitcher leur projet.. « Quand on porte ce type de projet, se faire connaître est toujours très important, nous dit la pitcheuse Camila Amaya Castro, venue partager le projet Zebu, c’est une belle opportunité et un moment riche de nouvelles rencontres ». Pour finir, un temps de rencontre a permis à chacun d’échanger librement  autour d’un buffet.

 

Cécile Thibault a fait des études en sciences de l’environnement. En reconversion, elle venait découvrir ce soir l’état des collectifs mobilisés pour cette soirée thématique autour de l’agriculture urbaine : « Est ce que ce sont des individuels, des collectifs installés ou plutôt des start-ups ? ». Une question la taraude, quelles sont les notions derrières le mot « agriculture urbaine » (AU) : « Par exemple est ce qu’on considère que l’AU se positionne sur des zones de densification très fortes, donc sur de la ville pure et exploite les toits, les façades, etc. ou finalement est-on dans des questions d’aménagement de préservation de terre agricole en milieu urbain et donc dans l’idée de garder un maillage ? » L’identité de l’agriculture urbaine est elle claire ? Qui sont les gens qui se revendiquent de l’agriculture urbaine ? Une question qu’elle a pu faire évoluer au fil de ses échanges dans la soirée.

 

Edouard Marchand, Président d’Agro Développement Durable, groupe  professionnel réunissant 1600 ingénieurs de la fédération Uniagro intéressés par le développement durable, se félicite du succès de la soirée : « cette soirée a permis de concrétiser l’ambition d’animer le réseau en favorisant les rencontres, les débats, la visibilité des porteurs de projets de notre communauté ». Avec Julie Gaborit, bénévole ayant rejoint l’animation du groupe en septembre, et Miléna de Mengin Poirier, ils ont pensé la soirée de A à Z. Un appel à projets a été lancé en septembre pour sélectionner 2 porteurs de défis pour les ateliers de créativité, et 10 porteurs de projets pour la session de pitchs : «  nous avions envie d’un événement plus interactif que d’habitude, avec de la co-construction, d’où l’intérêt de collaborer avec ecowork, qui a mis à notre disposition toute sa méthodologie de créativité. En invitant des pitcheurs à valoriser leurs projets, nous avons élargi notre audienceet favorisé le Networking au delà de nos 2 réseaux respectifs. Prendre plaisir à discuter et peut-être monter des projets ensemble est une grande satisfaction. Et bénéficier de ce lieu magique qu’est la Maison des Acteurs du Paris durable était la cerise sur le gâteau».

 

Nous laisserons le mot de la fin à Michel Daigney, manager en innovation et , ancien Agro : « Ce que je trouve intéressant c’est que la ville est en train de changer, il y a un rapprochement de la nature, tous les citoyens votent de manière massive pour respirer, avoir des espaces verts, ce lien existe et c’est un lien social, humain. Observer cette évolution et voir qu’il y a plein de solutions auxquelles nous n’avions pas forcément pensé, je trouve ça vraiment bien. Certaines solutions font rêver, après d’autres solutions vont demander du temps. On imagine le futur. »

 

Valérie Agneray et Julie Gaborit

 

Pour en savoir plus sur Agro développement durable

Le réseau des ingénieurs Agros engagés sur le développement durable, 1600 membres. Ce réseau est animé par l'ambition de favoriser les rencontres, les débats, la visibilité des porteurs de projets de notre communauté.

Nos sites:

http://agro-developpement-durable.uniagro.fr/

https://www.linkedin.com/groups/4483685

https://www.facebook.com/AgroDurable/

À propos de l'auteur

Default

Valérie Agneray

Date de publication

28 novembre 2016

Commentaires